Je suis tombée sur ce vidéo qui relate le travail d’un scientifique japonais qui fait de la ‘viande’ à partir d’excréments humains. Il me semble qu’il existe des milliers de solutions avant de faire un tel projet farfelu (ou répugnant, c’est selon). Mais bon, lui, il l’a fait, et il y a gouté, pour vrai.

Pour faire changer les choses, il faut savoir toucher les gens. Le mouvement écolo devrait s’en inspirer davantage. Mais toucher les gens signifie aller dans leurs zones, sonder leurs intérêts et voir leur point de vue. Les cris, les larmes et la colère n’y changeront rien.

Steve Jobs l’a compris.

On peut se demander si des projets artistiques peuvent arriver à faire réfléchir et changer des gens qui ne bougent pas. Un hotel de fait de déchets fut construit l’été dernier à Rome. Une fois sensibilisés, c’est toujours la question de comment faire changer les choses, par quoi commencer? Pas facile de suggérer de cesser de gaspiller, quand toute la société scande à grands cris de consommer à outrance…

Encore une fois, SWAP organise un événement d’échange de vêtements. À ne pas manquer pour la rentrée d’automne!

Pour s’inscrire via Facebook

Entrevue à Radio-Canada avec Pascal Beauchesne et Frank Escoubès qui parlent d’innovation sociale

Non je ne parle pas d’échange de couple, mais d’échange de… livres, cd, jeux vidéos! Avec SWAP on peut échanger facilement avec d’autres. Pas plus compliqué qu’à la petite école:  » Tu m’échanges tes biscuits contre mes raisins? »

Facile, simple, amusant.

Vous sauvez de l’argent, vous sauvez la planète.

http://www.swap.com/

Vous vous demandez d’où vient ce que vous consommez? Vous vous demandez où va ce que vous consommez? Vous devriez… c’est fascinant! Vincent le canneux l’a fait pour nous, avec beaucoup d’humour et des petites images:

Découvrez le parcours de la boîte de conserve ici sur son blogue

* Merci à Amélie pour cette trouvaille!

Cette fontaine d’eau chinoise utilise des milliers d’urinoirs, lavabos et toilettes recyclées. L’installation fait 100 mètres par 5 mètres.

Marcel Duchamp n’a qu’à bien se tenir avec sa Fontaine.

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.