Logique de l’enfance

Vendredi je faisais des courses au supermarché IGA de ma banlieue nord. Des gentilles dames nous offrent des petites bouchées en dégustation, comme chaque semaine. Ces dégustations sont offertes dans des petits contenants individuels en plastique, avec des fourchettes en plastique. Après chaque bouchée, tout le monde met son « déchet » (à peine sali), dans une poubelle prévue à cet effet. À chaque fois, je suis outrée de n’avoir aucune option de recycler ces contenants et ustensiles de plastique. Benjamin me faisait remarquer que ce serait encore mieux de les réutiliser. Logique. Je le signale à la dame au comptoir. Sa réaction à ma suggestion d’avoir des plats lavables « que voulez-vous qu’on fasse, il passe 3000 personnes dans une journée, on pourrait pas laver tout ». Ah non, et pourquoi pas? C’est plus simple d’en disposer pour le mettre dans un dépotoir de Lachenaie qui déborde déjà, et de laisser s’accumuler des millions et des millions de petits déchets inutiles sans se préoccuper du manque d’espace ou de la contamination que provoque ces déchets platiques qui prendront des centaines d’années à se décomposer? Tout ça parce qu’ils ont contenu pendant quelques secondes des aliments qui les ont « sali » (honnêtement, je pense qu’un chiffon pourrait parfois les rendre comme neufs, ce qu’ils sont). Les bras me tombent.

Je signale à la gérante de l’établissement qu’il serait judicieux de recycler ces contenants, à tout le moins. Elle me regarde, hautaine, comme si j’étais une extra-terrestre grano tout droit débarquée de mon vaisseau en terre cuite. J’insiste: « Mais vous recyclez déjà, quand même? ». Elle tique, la bouche sèrrée. « Le papier et le carton, oui ». Sous-texte: donc les supermarchés IGA ne recyclent pas le plastique et les autres matières. Donc les supermarchés IGA ne compostent pas les denrées organiques périmées (J’exagère, voyez-vous, tant qu’à être extra-terrestre). Mais sérieusement, à quand une réglementation pour forcer tout cela? C’est tellement évident, il me semble. Et tellement simple.

Samedi nous nous promenons en vélo dans les rues de Montréal, à la recherche d’un appartement. Le soleil est radieux, la chaleur de l’été nous donne soif. Au coin de la jolie rue Laval et de Duluth, deux charmantes petites filles de 8 ans tiennent un kiosque de vente de limonade. Il y a une file d’assoiffés. Les affaires marchent bien. À chaque limonade vendue, les petites insistent pour que les clients ne partent pas avec le verre de plastique. Tous doivent le déposer dans le bac rempli d’eau prévu à cet effet. « Il faut nous les redonner, car on lave les verre ». Logique, non?

Publicités