lundi, août 31, 2009

Réflexions écologiques: surproduction

Dans le cadre de mon projet de web-documentaire à l’étude à l’ONF, je partage ici mes réflexions sur les enjeux que je compte aborder.

 

Depuis l’avènement de l’ère industrielle, s’est opéré un changement dans notre façon de voir le travail et l’économie. La surproduction s’est sournoisement installée comme modèle à atteindre pour faire davantage de profit. Cette attitude destructrice est responsable d’un développement effréné et sans scrupule, qui ne respecte pas les droits humains et l’écologie. Au fil des ans, les travailleurs se sont mobilisés afin d’être plus forts et de forcer les patrons à respecter les droits des travailleurs dans les pays démocratiques les plus fortement industrialisés. En 2009, plusieurs compagnies se dotent maintenant de politiques plus éthiques concernant les droits des travailleurs et le respect de l’environnement. Parviendra-t-on à soumettre les multinationales et les grosses corporations à de tels considérations éthiques? Pourra-t-on modifier la philosophie du profit à tout prix pour une structure de production prenant en considération les véritables coûts humains et environnementaux liés à la production de biens? Certaines entreprises le souhaitent, beaucoup d’individus se battent pour le faire. L’espoir viendrait-il d’un raffinement du système établi plutôt que de sa destruction? Pour les gourous de la technologie, la solution serait sociale et technologique, et elle viendrait de la mise en place d’un système de transparence totale des entreprises et des individus.

En se penchant sur certaines de ces compagnies qui mettent en place de nouvelles chartes d’éthique humaine et écologique, on découvre des gens engagés dans des solutions concrètes. Ils sont sincères et sérieux dans leur démarche écologique, tout en prônant une transformation du système économique, et non son abolition. Ces compagnies financées utilisent les rouages du système capitaliste, des investisseurs (venture capitalist) ou des subventions gouvernementales afin de faire changer le système en l’utilisant. Au Québec, le mouvement Équiterre tente de faire changer le gouvernement en parlant leur langage. Le milieu du développement durable au Québec est foisonnant, et on peut rapidement découvrir ceux qui tentent de faire du « greenwashing » en utilisant l’image positive de l’environnement et de l’écologie aux yeux des consommateur et des citoyens, sans toutefois avoir une véritable démarche écologique.

Des normes devrait-elles être établies par le gouvernement pour les diverses certifications écologiques? En se penchant sur les forces et les faiblesse de la « Green economy » de Sillicon Valley, on explore les limites de cette démarche louable de ceux qui espèrent encore sauver la planète en consommant de manière responsable.

Publicités