Publié originalement sur LE CARNET DE YANNICK

Chris Jordan est un artiste qui a saisi les mécanismes d’une sensibilisation à des problèmes sociaux et environnementaux. Ses séries « Running the numbers » ou « intolerable beauty » exposent clairement l’absurdité de notre société de surconsommation. Il pose un regard poétique et critique sur la réalité crue américaine (mais qui va bien au-delà): des tonnes de déchets forment un amas dont l’existence est un non-sens. Ces images nous renvoient à notre réalité collective, qui peut sembler tolérable sous un angle individualiste. Mais ce regard global est nécessaire, et sa démarche artistique nous aide à prendre conscience de l’ampleur du désastre. Je me demande si des gens insensibles à l’environnement (il y en a, à divers niveaux) sont touchés par ce type d’images. Accolées aux saisissantes statistiques, ses images me touchent, me renversent.

426 000 téléphones cellulaires jetés chaque jour aux États-Unis seulement (source: chiffres et Photographies de Chris Jordan)

Et l’impact du travail de Chris Jordan touche aussi à des problèmes sociaux, tels la possession d’armes, la chirurgie plastique. Ici:

running-the-numbers-by-chris-jordan

barbie dolls, 2008 – depicts 32,000 barbies, equal to the number of elective breast augmentation surgeries performed, monthly in the US in 2006. By photographer Chris Jordan.

Je vous invite à regarder la présentation de Chris Jordan à TED.

Publicités