Il y a quelques semaines, j’ai fait une belle rencontre pour discuter des mon projet web-documentaire. J’avais invité Luce Beaulieu de Perennia, Mathieu Rénier, consultant en environnement et le scénariste interactif Jonathan Belisle à se joindre à l’équipe de l’ONF qui veut produire mon projet. La rencontre de réflexion fut énergisante et éclairante. J’ai beaucoup aimé que les gens de l’ONF prennent le pouls de mon sujet dans toute sa valeur. Le web-documentaire Détritus ira bien au-delà des déchets que nous produisons. Il questionne le geste de consommation à la base du problème. C’est bien beau de recycler, de composter, de trouver des solutions à nos problèmes… mais si on peut réduire à la base! Comme disent les gens de Recyc-Québec: « un déchet idéal, ce n’est pas un déchet qu’on recycle, c’est un déchet qui n’existe pas! »

Mais je me garde bien de sombrer dans le discours moralisateur et culpabilisant. Je vais tout faire pour m’en tenir loin. Luce nous a exposé le phénomène de la « green fatigue« , la fatigue verte. Les citoyens et les consommateurs en ont mare de toujours se faire dire qu’il n’en font pas assez. Le problème est social, la responsabilité individuelle lourde à porter. C’est par ailleurs par la conscience écologique de chaque individu que nous pourrons faire la différence. En groupe, porté par notre enthousiasme débordant, nous avons même évoqué une conscience globale. Spiritualité et écologie, peut-être moins loin qu’on pense…

Publicités