Les Québécois et les Canadiens sont beaucoup moins verts qu’ils ne le croient. Par ailleurs, les problématiques environnementales sont clairement dans leurs priorités. Et ils veulent que leurs gouvernements provinciaux et fédéraux s’engagent dans des mesures concrètes pour les aider à faire le pont entre leurs idéaux et la réalité. Harper a hésité à se rendre à la conférence de Copenhagen sur les changements climatiques, pour finalement décider d’y aller. Est-ce pour plaire à son électorat? Au moins, il sera là. Sans aucune cible en poche, contrairement à plusieurs homologues. Mais il y sera. Peut-être ouvrira-t-il un peu les yeux face aux graves problèmes qu’il faut régler rapidement? Il serait souhaitable que le gouvernement s’accorde au diapason de la conscience écologique de la population canadienne…

La Presse publiait récemment cet article fort éclairant de Karim Benessaieh à propos de notre conscience verte: Les Québécois conscientisés. L’article traîte d’une étude qui fut menée par la Fondation David Suzuki. À lire.

Publicités