C’est normal que ces négociations soient ardues au sommet de Copenhague. Chacun arrive avec son agenda et ses priorité, et le consensus est presque impossible à atteindre. Mais le simple fait de se réunir, et de mobiliser l’attention mondiale autours du problème du réchauffement climatique, c’est un bon point de départ. Devant l’urgence de la situation, ce sont les initiatives locales qui feront la différence. Le gouverneur de la Californie a vivement souhaité faire une rencontre avec les élus locaux (Premiers ministres de provinces, représentants d’états et maires). C’est une très belle idée, qui pourrait toucher le citoyen, car elle prend racine dans une gouvernance plus proche de nous, et très concrète. Pour une fois que nos maires discuteraient d’autre chose que de rues défoncées, de scandale de financement et de festivals… Il faudrait bien commencer par donner des actions à toutes ces belles idées qui démontrent que la conscience écologique progresse à grande échelle. Il faudrait donner des solutions concrètes aux citoyens et aux entreprises afin de réduire leur production de GES. Et beaucoup de ces solutions sont abordables et accessibles. À commencer par la réduction des déchets! Composter, est un excellent début. Mais pas de n’importe quelle façon. Le compostage à grande échelle n’est pas la solution idéale. Les stratégies locales et de moyenne envergure sont les meilleures.

Publicités