La cinéaste Lisa Sfriso m’a raconté une savoureuse anecdote. En visite dans sa famille Italienne, elle a dû s’adapter à leur façon de s’occuper des déchets. Dans ce village, chaque poubelle est pesée et la famille doit payer la ville pour se défaire de ses déchets. Cette façon de faire a grandement modifié les habitudes des ménages face à leurs détritus.

Chaque déchet est trié afin d’en minimiser l’impact. Compost, recyclage du verre et du métal, revalorisation maximale. Lisa devait donc s’adapter, et décider où irait chaque déchet qu’elle aurait ici banalement jetté à la poubelle (ou au recyclage). Chaque fois que Lisa tendait la main vers la « poubelle » pour y déposer le moindre déchet, elle entendait une chorale familiale répondre à ce geste inconscient: « Lisaaaa, nooo! ».

Donc, pour notre chère Lisa, changement de stratégie. Elle décidait de laisser ses déchets sur le coin de la table afin qu’un initié dans l’art du tri puisse prendre la bonne décision pour se défaire du nouveau détritus…

Cet exemple illustre bien comment il est possible de changer un comportement social. Simplement en induisant une conséquence au poids de nos déchet, cela crée une responsabilité civile.

Voici un lien vers un blogue qui propose une réflexion sur les incinérateurs à déchet, qui ne sont pas une solution.

Publicités