Ce matin, un réparateur vient pour remplacer une pièce de notre lave-vaisselle. – Et oui, j’ai un lave-vaisselle! Et croyez-moi, je l’utilise judicieusement avec trois ados à la maison, il fonctionne une fois bien rempli, en cycle léger-. Je lui pose la question: « Que faites-vous avec les pièces usagées que vous remplacez? ». Sa réponse est venue sans aucune hésitation: « Je les mets aux vidanges ». Je suggère, me sentant presque fatiguante: « vous pourriez les mettre au recyclage, c’est entièrement en plastique ». Il réponds, sans émotion: « c’est comme vous voulez ». Mais là où tout devient intéressant, c’est ma question suivante: « Suis-je la première personne à vous poser cette question-là? ». Sans sourire, sa réponse vient franchement: « Et oui, madame, jamais personne ne m’a demandé ça. »

Mon dernier commentaire:  » vous savez que vos pièce en plastique vont prendre 1000 ans à se dégrader »
Réponse abscente, ton neutre, air songeur: « 1000 ans… »

Je me demande si il mettra ses prochaines pièces au recyclage. Le pire, c’est que je ne suis pas certaine que le centre de tri peut effectivement recycler ce plastique très épais. On a encore beaucoup de chemin à faire. Au moins j’ai pu réparer mon lave-vaisselle plutôt que le changer pour un neuf.

Publicités